Introduction

La fin du XIXe-début XXe siècle en Europe sont marqués par une attirance particulière pour l’ethnographie. Le monde paysan inspire, y compris les costumes nationaux et leurs broderies, qu’ils soient roumains ou tchécoslovaques ou russes. Une des influences étrangères les plus fortes sur la mode occidentale demeure celle des Russes, particulièrement dans les années 1920.

Le public parisien bénéficie de nombreuses occasions pour découvrir cette culture exotique et spectaculaire. En 1900, une partie de la collection des costumes de Chabelskaya est montrée à Paris. En 1907, sont exposées au musée des arts décoratifs des broderies créées par les paysannes des environs de Smolensk.

Dans la même logique, en Russie de la fin XIXe-début XXe siècle se développe un vrai intérêt pour le passé et les traditions nationales, la culture slave. Les collections d’art populaire rassemblées par Tenisheva, Chabelskaya, l’organisation des expositions des produits de l’industrie artisanale, la création des musées de l’art populaire ont suscité à la fin du XIXe s et au début du XXe s un énorme intérêt envers les arts appliqués traditionnels et notamment le costume. Les tableaux aux sujets historiques, teintés de romantisme, de Vasnetsov, Nesterov ont fait connaître au public le costume russe stylisé. Cet engouement général se développe également grâce aux efforts des auteurs des romains d’histoire, des auteurs d’opéras et des pièces de théâtre aux sujets historiques et mythologiques avec leurs mises en scène costumées, des architectes et des peintres portés par la veine slavophile.

L’apogée de cette veine slave est atteint en 1903, avec le bal costumé au palais d’Hiver, où tout les participants étaient vêtus de riches costumes des boyards inspirés du 17e siècle. Apparaît ainsi le style néo russe et néo byzantin.

Quinze and plus tard, ce style va indirectement influencer la mode occidentale des années 20, à travers l’activité des émigrés russes. Fuyant la révolution d’octobre 1917, les aristocrates russes émigrés en France vont parfois apporter avec soi des objets relevant de cette mode pseudo russe.

Vers 1921, la France accueille, suite à la révolution d’octobre 1917 en Russie, environ 150 milles réfugiés, issus principalement de la noblesse russe. Ruinés et perdus, sans abri et espérant la victoire des l’armée blanche dans la Guerre civile, les émigrés comptaient encore revenir dans leur patrie. Pourtant, l’argent accumulé grâce à la vente des bijoux de famille était rapidement dépensé, et le support financier des associations charitables ne suffisait pas. La position des réfugiés russes à l’époque était dramatique, s’intégrer dans le monde du travail pour eux était d’autant plus difficile que la plupart de temps ces nobles russes n’avaient aucune expérience professionnelle.

Ainsi, les aristocrates extrêmement éduqués devenaient ouvriers, chauffeurs de taxi, serveurs. Environ 40% de femmes de l’émigration russe ont commencé à travailler dans le domaine de la production de mode. « On ne saurait exagérer le courage avec lequel les dames de la haute noblesse russe, bannies de leur patrie par la révolution, se sont mises au travail » – écrira-t-on dans un journal à l’époque. Elles faisaient de la couture, du tricot, fabriquaient des chapeaux, des écharpes de soie peints, de la lingerie, travaillaient dans la gestion des maisons de mode, et en tant que mannequins.

Voici ce que l’en témoigne le magazine l’Art et la Mode en 1922: “Malgré les probabilités douteuses et les pronostics pénibles, il est difficile de douter de la résurrection de la Russie. Un peuple dont le génie trouve à s’exprimer avec une telle force parmi le désastre d’un cataclysme aussi sanglant ne saurait disparaître du Monde. Il semble que, par un phénomène social, déjà observé ailleurs, l’âme russe s’exhale avec une puissance renouvelée parmi les affres de sa torture sans nom. C’est un esprit nouveau qui s’atteste actuellement avec une force accrue. Paris semble lui-même traversé de frissons sous l’inspiration fébrile de l’esprit slave. Il n’y a pas que les restaurants russes à Paris. Il y a autre chose que ces chauffeurs de taxis ou ces professeurs de danse que l’on assure être d’anciens aide-de-camp du tsar… Nous avons mieux encore. Nous avons toutes les étoffes et les parures russes présentées avec un art nuancé et suprême dans leurs coloris chatoyants.

 Parmi les pittoresques boutiques aux devantures animées, vous admirerez ces étoffes chatoyantes, ces châles indescriptibles, ces tissus d’une inspiration à la fois naïve et raffinée où les couleurs chantent, jouent, se dispersent, se rassemblent dans des harmonies d’une virulence et d’une piété si captivante. Il y a des tuniques rehaussées de dentelle d’un art inégalable ! des écharpes inoubliables, des broderies merveilleuses. Les ceintures surtout qui mêlent le cuir, les tresses, les rubans, suivant une ordonnance barbare et somptueuse.

            Il y a des fourrures russes apprêtées par ces artistes instinctifs, des bijoux enfin, conçus suivant le style moscovite. Ce sont des boules de bois, d’ivoire, de cornaline, de jade, de pierres dures profilées en boules, en cubes, en anneaux, enfilés semble-t-il sans aucune idée préconçue, en désordre, au hasard, mais qui, rassemblées, composent une unité de ton, une douceur de décor dont l’attrait séduit et retient. Je crois vivement que nos modes subiront l’influence directe de ces artistes naïfs et savants.

 


1 réflexion sur « Introduction »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.