Costumes d’apparat

Expression patriotique dans les costumes de la cour de Russie


En 1834, la nature du vêtement féminin d’apparat de la cour est établie par un décret incorporé dans le code des lois de l’Empire russe. Ce décret définit la coupe, la facture, la couleur des tissus et le type de décor. Afin de conférer à cette tenue un caractère national, on reprend certains éléments du costume traditionnel russe : de très longues manches flottantes aux emmanchures ouvertes, descendant presque jusqu’aux genoux, le milieu devant du vêtement souligné d’un décor et d’une plaque garnie de boutons, comme dans la robe sarafan. Cette toilette officielle était complétée de la coiffure russes kokochnik garnie d’un voile de dentelle ou de tulle.

Pimen Orlov, Portrait de Sofia Vassilievna Orlova-Denisova en costume de dame de la cour, 1835, Musée de l’Ermitage

Ce costume de cour fut conservé dans ses grandes lignes jusqu’en 1917.

Impératrice Alexandra Feodorovna Romanova en robe de cour, 1906

Voici comment un chroniqueur de l’Illustration mondiale décrit une réception donnée au Palais d’Hiver en 1895, à l’occasion de la présentation de l’impératrice Alexandra Feodorovna aux dames de la cour et de la ville : « La somptueuse salle blanche Nikolaevskaia se remplit de dames vers une heure et demie. C’est alors que se manifestèrent dans tout leur éclat, la beauté et la richesse de l’original costume russe. Le pittoresque de sa composition… appelait le pinceau du peintre. Comme les coiffures kokochnik étaient luxueuses… comme étaient riches les robes sarafan, de velours, de soie, d’indiennes ; comme étaient riches également le brocart et la fourrure des liserés, les fleurs et les dentelles. Quelle diversité de couleurs et de nuances, du vert et du bleu foncé aux couleurs tendres, vert clair, rose et lilas. Parmi l’éclat et la richesse des toilettes, les diamants et les pierres précieuses, les bandeaux rouges et les traines rouges brodées d’or des dames d’honneur de la grande cour, se promenaient, ici et là, des maitres de cérémonies en tuniques cousues d’or, plaçant les dames ».

Maison O. Boulbenkova, Robes de cour. A droite: corsage, jupe et traine, en soierie façonnée argent, broderie d’argent, seconde moitié XIXe siècle. A gauche: corsage, jupe et traine, en velours rouge et soie blanche, broderie or, fin XIXe siècle. Musée de l’Ermitage

Parmi les ateliers fournissant des costumes d’apparat féminins celui qui jouissait de la plus grande popularité était connu sous l’enseigne de « Madame Olga », fondé à Saint-Petersbourg au milieu du XIXe siècle par Olga Nikolaevna Boulbenkova. On y réalisait essentiellement des toilettes pour la famille impériale, en vue de célébrations de couronnement, de mariages et d’autres événements solennels. Des robes confectionnées dans cet atelier ont furent portées par l’impératrice Maria Alexandrovna, épouse de l’empereur Alexandre II, par Maria Feodorovna, épouse de l’empereur Alexandre III, et par Alexandra Feodorovna, épouse de l’empereur Nicolas II.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.