La roubachka et le sarafante

Vêtement des “moujiks” porté par d’élégantes parisiennes


La roubachka est une blouse ou tunique d’homme faisant partie du costume paysan russe. Elle est ceinturée à la taille et décorée pour les fêtes de broderies aux épaules, autour du col haut et à l’ourlet du bas.

Costume masculin paysan, chemise ceinturée et pantalon, début XXe siècle, Musée d’histoire, Moscou

Sous le Second Empire la blouse russe se répand dans le costume du garçonnet. On retrouve cette coupe avec un col debout et une ouverture en diagonale également sur quelques robes pour femme autour de 1889-1890.

Mais c’est surtout dans les années 1920 que se répand une silhouette inspirée du costume paysan russe et composée de la roubachka portée sur une jupe longue.

Maison Kitmir, ensemble en kasha brodé, L’Art et la Mode, Paris, 1926

Chanel est l’interprète la plus célèbre de la roubachka. L’idée empruntée sans doute à la garde-robe de son amant le grand-duc Dimitri Pavlovitch Romanov.

Chanel, Ensemble de jour, 1923, Metropolitan museum, New-York

Dans ses collections des années 1924, elle rebrode ces blouses des moujiks au point de chainette de dessins multicolores, de perles de verre ou de paillettes. En outre, elle orne ses vêtements des pelisses de fourrure – on n’en verra jamais autant dans ses collections.

Chanel, Ensemble tunique et jupe brodé au point de chainette, Vogue, 1920; un manteau brodé, Vogue, 1922; Robe-chemise brodée, Vogue, 1922; Manteau garni de fourrure, Vogue, 1923


Le sarafane symbolise traditionnellement le costume russe. Cette robe droite sans manches portée par-dessus une longue chemise était largement répandue au XVIe siècle, tant au sein de la noblesse féodale et des citadines que chez les paysannes. Les chemises portées avec le sarafane étaient dotées de manches larges, longues, et resserrées aux poignets.

Femme en costume de Russie du Nord, province de Novgorod, photographie de la collection Chabelskaya, Musée d’ethnographie de la Russie, Moscou

Le plus répandu fut un sarafane évasé, coupé en biais et boutonné sur le devant. Les panneaux avant s’agrafent de haut en bas à l’aide de boutons. Les sarafanes étaient décorés à l’aide d’un passement ou de dentelle d’or.

De gauche à droite: 1) Jeanne Lanvin, Robe et chapeau de style russe, 1923; 2) Robe de jersey de laine beige, brodée d’une broderie à la paysanne, Vogue, 1925; 3) robe en crêpe satin blanc garnie de galons et de bandes de chinchilla, l’Art et la Mode, 1923; 4) Robe parue dans l’Art et la Mode, 1923

On remarque aussi l’emploi du plastron décoratif, comme sur les roubashkas, et du tablier, qui, dans le costume populaire, était porté par-dessus le sarafane.

De gauche à droite: 1) Costume de Russie centrale porté par une citadine, début du XXe siècle, lin et coton brodé au point de croix rouge, Musée Galliera, Paris; 2) Charles Courtisien, robe en crêpe, col en dentelle, l’Art et la Mode, 1923; 3) Robe de deuil, Vogue, 1927

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.