Broderies et fourrures

L’exotisme qui bat son plein


La profusion des matériaux et d’éléments décoratifs caractéristiques pour le costume traditionnel russe répond bien au gout général des « années folles ».

Costumes traditionnels de fête, à gauche: région de Ryazan; à droite: région de Voronezh, fin XIXe-début XXe siècle, Musée historique d’Etat, Moscou

Les couturiers parisiens puisent dans le vocabulaire décoratif russe qui se distingue par une grande variété des motifs géométriques et naturalistes stylisés, disposés généralement en bandes superposées.

De gauche à droite: 1) Jeanne Lanvin, robe en taffetas de soie noire, broderie Cornély, broderie de perles de verre et corail, hiver 1920-1921, Palais Galliera, Paris; 2) Chanel, robe brodée, Vogue Paris, 1924

Les maisons de couture parisiennes puisent dans un grand choix de techniques décoratives: broderies au point de croix, broderies à jour, broderies de perles de rivière, de verroterie, de paillettes; ainsi que des impressions sur tissu et des garnitures de fourrure.

La biche apprivoisée, robe de Paul Poiret, illustration par André Marty, La Gazette de bon ton, 1922

Puisque la broderie fait partie des techniques que les nobles russes maitrisent dès leur plus jeune âge, un nombre considérable d’émigrées russes qui s’installent à Paris après la révolution de 1917, gagnent leur pain en exécutant des broderies pour les grandes maisons de couture dans les années 1920. Ainsi, la maison de broderie Kitmir, fondée par la grande duchesse Maria Pavlovna Romanova, connait un succès particulier, en fournissant d’abord Chanel et plus tard la plupart des grandes maisons parisiennes.

Maison Kitmir, Manteaux d’hiver brodés dans le style russe, Mode à Paris, 1922

Il convient toutefois de nuancer la question de l’origine de ces motifs. Etant donné l’engouement de cette époque pour l’exotisme et la multiplicité des inspirations dont se nourrit la mode art déco (motifs slaves, et plus largement paysans, persans, égyptiens, extrême-orientaux), la plupart de temps, il est difficile d’affirmer avec certitude que la provenance de tel ou tel motif. Souvent, diverses influences exotiques sont mélangées ensemble dans un éclectisme certain.


Parmi les nombreuses contributions des Russes figure l’art traditionnel d’allier la fourrure aux tissus. Pour les saisons froides, il y avait des pelisses ou des caftans, ou encore des manteaux doublés de fourrure. Pour rendre les vêtements plus chauds, on y ajoutait aussi des cols en fourrure.

Femme en costume de Russie du Nord, province de Tver, photographie de la collection Chabelskaya, Musée d’ethnographie de la Russie, Moscou

Robes et manteaux du soir agrémentés de fourrure comptent parmi les classiques des années 1920. Les hauts cols sont garnis de fourrure, ainsi que les bordures des manteaux (le long de l’ouverture et dans la partie basse) et le bas des manches.

De gauche à droite: 1) Paquin, Robe d’après-midi en crêpe de soie, lamé or, broderies à l’aiguille de perles, de fils métalliques et de fils de soie, miroirs, fourrure, vers 1923-24, Palais Galliera, Paris; 2) Modèle de robe «Tzarine », début des années 1920; 3) Philippe et Gaston, tailleurs garnis de fourrure, Vogue Paris, 1924


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.