Maison Nadezhda Lamanova

En habillant l’impératrice et les Soviets


Une des plus célèbres modélistes russes, Nadezhda Lamanova était à la tête d’une maison de couture dont le raffinement rivalisait avec les maisons parisiennes de la fin du XIXe-début XXe siècle. Après la révolution bolchévique de 1917, Lamanova s’applique avec la même zèle afin de créer les vêtements pour l’ “homme nouveau soviétique”.

Valentin Serov, Portrait de Nadezhda Lamanova, 1911

Fille d’un militaire, née en 1861 à Nijni-Novgorod, Nadezhda Lamanova montre un penchant pour l’art de la couture dès son plus jeune âge. En 1881, elle entre à l’école de couture d’E A Souvorova à Moscou, et en 1885 elle ouvre son propre atelier dans la même ville. Le travail de l’atelier de Lamanova, grâce au talent exceptionnel de sa fondatrice et à son grand professionnalisme, gagne très vite la confiance des clients et acquit une grande renommée, aussi bien dans l’aristocratie de Moscou et de Saint-Pétersbourg que dans le monde théâtral et parmi l’intelligentsia russe. Dans les années 1800 déjà Lamanova réalise des commandes de la cour impériale et devint rapidement « fournisseur de Sa Majesté Impériale ».

Maison N. Lamanova, Robe de visite de l’Impératrice Alexandra Feodorovna, drap couleur ivoire, broderie de soie semée de paillettes, 1890. Cette robe de taille princesse aux manges en gigot d’inspiration historisante est parfaitement en ligne avec les modes parisiennes de la fin du XIXe siècle

En 1902-1903, elle participe avec succès à la première exposition internationale de costumes historiques et contemporains au palais Tavritcheski de Saint-Pétersbourg, au côté de célèbres créateurs français, tels que Paul Poiret, Redfern et les sœurs Callot.

Konstantin Somov, Portrait de E.P. Nosova portant une robe de la Maison Lamanova, 1910-11

Les créations de Lamanova jouissent, au début du siècle, d’une grande réputation non seulement en Russie, mais aussi en Europe. Le célèbre couturier français Paul Poiret loua vivement son talent, dans son livre En habillant l’époque, Paris 1930.

Maison N. Lamanova, Robe du soir en satin vert en mousseline noire, broderies de soie colorée et de fil de métal, 1912-1914, Musée de l’Ermitage

En 1917, Lamanova, alors âgée de 56 ans, avait fait un long parcours créateur, de la couturière débutante au fournisseur de la cour, propriétaire d’un atelier à la clientèle de prestige. Après la Révolution, elle continue à s’adonner activement à son occupation favorite. Elle propose notamment au ministre de la Culture Lounatcharski de créer un atelier de costumes contemporains, les autorités comprennent que pour former une idéologie « juste » il leur faut contrôler jusqu’à l’aspect de l’homme soviétique. Lamanova doit alors créer une mode ouvrière et paysanne à partir de presque rien: des foulards, des nappes et des serviettes, souvent ornés de motifs traditionnels.

Caftan taillé dans deux serviettes de Vladimir, illustration de V. Mukhina d’après le dessin de N. Lamanova, magasine Iskusstvo v bytu (L’art au quotidien), 1925

Même avec de telles matières premières, Lamanova parvient à créer une collection qui lui vaut le Grand prix de l’exposition universelle de 1925 à Paris.

Lilya Brik et Elsa Triolet (à gauche), mannequin non-identifié (à droite) portant les robes de N. Lamanova ornées de broderies traditionnelles, 1925


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.